La mise en couleur d'un bateau échoué à Tulum au Mexique


Partir au Mexique en quête d’inspiration


Pour commencer l’année 2021 en beauté, Myriam Ghilan s’envole vers le Mexique. Elle pose ses valises à Tulum pour renouveler ses sources d’inspiration et entreprendre des projets artistiques.


En se baladant sur la plage qui borde son hôtel, l’artiste-peintre tombe sur un bateau échoué, partiellement enseveli dans le sable. Une évidence s’impose instantanément : il faut peindre cette épave pour lui redonner vie.




Peindre les pieds dans le sable

Myriam Ghilan travaille sans aucune pression, au gré du vent et des marées. L’artiste choisit des motifs simples qui lui évoquent le Maroc, alliés aux vibrantes couleurs du Mexique.


Cette création s’inspire à la fois des mosaïques marocaines de style zellige et des motifs aztèques et mayas. Le point commun entre le Maroc et le Mexique : les formes géométriques et la présence de couleurs.



Au bout du compte, le bateau échoué célèbre l’art mexicain avec une touche marocaine. Myriam Ghilan réussit son pari : elle lui redonne vie en transmettant de la joie et un côté arty inattendu. Les promeneurs curieux s’arrêtent d’ailleurs pour prendre des photos de l’oeuvre et poser des questions à l’artiste. Myriam est heureuse d’avoir laissé sa trace sur la plage de Tulum.



Une toile comme souvenir


Avant de partir pour le Mexique, l’artiste parisienne emporte avec elle une toile de lin brute, sans enduit, afin de l’enrouler facilement et pouvoir la transporter en avion. Une fois sur place, elle entreprend de la peindre.


Elle opte pour des formes géométriques inspirées des mosaïques marocaines et des motifs aztèques, dans la même veine que pour le bateau échoué. Myriam emporte sa toile 2 x 2 mètres sur la plage et dans la jungle. Six couches de peinture sont nécessaires pour l’achever.

Avant de quitter le pays, elle découpe sa toile selon les formes géométriques, numérote chaque morceau et la range soigneusement dans sa valise. De retour dans son atelier parisien, elle réalise les finitions et recoud les morceaux de toile avec de la ficelle.



Cette oeuvre symbolise tous les moments heureux et les lieux uniques où l’artiste a travaillé pendant son séjour à Tulum. C’est sans aucun doute le meilleur souvenir de son voyage au Mexique !